jeudi 4 août 2016

Top 8 - Activités gratuites sur le Chemin des Cantons



Tout au long du Chemin des Cantons, plusieurs lieux et municipalités  vous proposent des activités gratuites. Outre d’admirer les magnifiques panoramas des Cantons-de-l’Est et de profiter de l’abondante nature, voici des suggestions d’activités qui ne demandent pas de débourser un sous. Découvrez les Cantons-de-l’Est autrement et gratuitement!

Sur la trace des pionniers, circuits patrimoniaux de Sutton : Nouveaux circuits patrimoniaux audioguidés de Sutton avec la particularité d’avoir fait appel à des conteurs professionnels pour vous guider dans Sutton et alentour. Ces derniers font revivre différents personnages (soldats de la Première Guerre, premiers colons…) et vous accompagnent dans la découverte du riche patrimoine bâtit du village. Différents circuits sont proposés avec des thématiques différentes notamment l’impact de la Première Guerre sur le village, la grande diversité religieuse… La visite se fait grâce à l’application Guidigo et dure environ 2h30/circuit

Maison des arts et de la culture de Brompton
Maison des arts et de de la culture de Bromptonville : en plus d’être une activité gratuite, c’est un secret trop bien gardé. Que ce soit pour les expositions, le circuit multisensoriel, les concerts estivaux sur l’heure du midi ou les jardins qui offrent un magnifique point de vue sur la rivière Saint-François, vous devez visiter la Maison des arts et de la culture de Bromptonville! Amenez votre pique-nique et profitez du lieu en famille ou entre amis. Tout au long de l’été, le parc devient un lieu d’expérimentation artistique avec la 9e édition de  l’exposition « les jardins réinventés de la Saint-François ».

Ferme Heritage Miner à Granby : ce projet vise à mettre de l’avant l’ancienne ferme « Pine Tree »   (potager école, patrimoine et communautaire)et des animaux élevés en plein-air. De plus, ils proposent le traditionnel thé à l’anglaise chaque dimanche (sur réservation), une boutique de produits locaux, différents événement tout au long de l’année et des formations.  
ayant appartenue à M. William Harlow Miner. La famille Miner est depuis longtemps liée à l’histoire de la ville de Granby et à son essor. À la ferme Heritage Miner, vous découvrirez une ferme eco-touristique avec trois jardins

Circuit patrimonial du canton de Stanstead : nouveau circuit patrimonial inauguré en début d’été, il vous amène à la découverte du Canton de Stanstead qui trace les portraits des bâtiments, des cimetières et des personnages du Canton. Les panneaux d’interprétation sont situés :  à Georgeville (au stationnement municipal et au quai); à la grange de l‘Éléphant ( 21 chemin de l’Éléphant); au pont Narrows (chemin Ridgewood, intersection chemin Merrill) et à la mairie, 778 ch. Sheldon
Parole d'outre-temps

Parole d’outre-temps : en pénétrant dans dix cimetières de la ville de Coaticook, découvrez son histoire et son patrimoine. À l’aide d’un circuit sur l’application Baladodécouvert. Petits cimetières
de colons d’origine américaine blottis au détour d’un chemin de campagne, cimetières villageois ouverts sur des paysages grandioses, vastes cimetières urbains aux allures de parcs… Chacun des dix cimetières de la tournée a une histoire, plusieurs histoires à raconter.

La Maison de Lime Ridge : l’exposition permanente retrace l’histoire de ce petit hameau, ainsi que l’évolution de l’exploitation du calcaire dans la région. Un poste d’écoute vous permet d’écouter un témoignage de la vie quotidienne de la vie d’une famille de carrier  et de chaufournier. À l’extérieur, dans le Jardin du mineur, vous trouverez des sculptures et des anciennes pièces d’équipement de minier.

Vitrine minéralogique et d’histoire d’Asbetos : reconnu comme la capitale de l’amiante, avec notamment le mine Jeffrey, l’histoire  de la ville est étroitement lié au minerai. Le musée collectionne les minéraux de la mine Jeffrey et les produits dérivés de l’industrie de la mine et informe sur l’histoire minière locale

Circuit patrimonial du quartier historique deRichmond : à l’aide d’un audioguide, parcourez le quartier anglaise de Richmond et découvrez des maisons   à l’architecture fabuleuse. Racontés sous forme d’anecdotes et de faits historiques, vous serez témoin du riche héritage et de la diversité culturelle laissés par les peuples fondateurs. Les audioguides sont disponibles au centre d’interprétation de l’ardoise.
 
 Pour découvrir d’autres activités gratuites, parcourez notre site : www.chemindescantons.qc.ca

lundi 1 août 2016

Église Saint-James de Hatley - la petite histoire des grandes églises des Cantons-de-l'Est



Dominic Martin, étudiant en histoire à l'Université de Sherbrooke, nous a écrit une série d'articles sur la petite histoire des grandes églises sur le Chemin des Cantons


Église Saint-James de Hatley situé au 100, rue Principale, Hatley, J0B 4B0
 


L’Église anglicane Saint-James de Hatley est l’un des plus vieux édifices religieux des Cantons de l’Est encore présent aujourd’hui. Construit en 1827-1828, afin de remplacer l’ancien temple Old North Church, construit en 1817 sur le chemin North.

Une tornade emporte la façade et le clocher d’origine en 1871, ce qui nécessita les premières rénovations. En 1882, on dote l’Église de vitraux et d’un retable néogothique. L’Église fut par la suite rénovée en 2004, dans le cadre d’un projet de restauration du patrimoine religieux du Québec.

L’édifice est maintenant considéré comme un objet patrimonial, particulièrement pour sa valeur architecturale. Il mélange harmonieusement le style palladien et des éléments néogothiques, caractéristique du début du 19e siècle.

L’édifice en bois peint en blanc est de forme rectangulaire, possède une nef à un vaisseau et un chœur surmonté d’un chevet plat. La façade, composée d’un portail, de hautes fenêtres et d’un oculus, est surmontée d’un clocher à une lanterne coiffant un toit en tôle à deux versants en pente douce.

La valeur historique du bâtiment augmente également sa valeur patrimoniale, l’édifice témoignant l’établissement des communautés anglicanes britanniques dans la région, mettant un frein aux prédications des pasteurs américains et à l’établissement des loyalistes dans le canton de Hatley. L’arrivée du révérend Charles James Stewart en 1817, établit durablement une communauté anglicane dans le canton, par la construction du premier temple Old North Church en 1817. L’établissement d’une paroisse de Charleston en 1822 permit au révérend Stewart d’acquérir le statut de second évêque du diocèse anglican du Québec en 1826, poste qu’il occupa jusqu’en 1837.
 
L’ancien temple, désormais trop petit, dû être remplacé en 1827-1828 avec la construction de l’Église Saint-James, moins à l’écart de la communauté et qui ouvrit ses portes en 1829.



lundi 25 juillet 2016

Église Saint-Théophile - la petite histoire des grandes églises des Cantons-de-l'Est



 Dominic Martin, étudiant en histoire à l'Université de Sherbrooke, nous a écrit une série d'articles sur la petite histoire des grandes églises sur le Chemin des Cantons


Église Saint-Théophile situé au 348, rue de l’Église, Racine, J0E 1Y0
 


Vers 1801, une première communauté s’établie dans le nouveau comté d’Ély, provenant du Vermont, mais dès la guerre de 1812, la communauté est dissoute, alors que le gouvernement anglais exige qu’ils prêtent serment à la couronne britannique. Une nouvelle communauté se créer vers 1825, cette fois-ci l’immigration est britannique puis de nouveaux colons écossais viennent s’y installer ensuite lors de la rébellion des patriotes en 1837. Les premiers colons canadiens-français arrivent en 1844, établissant une véritable communauté avec la construction d’un magasin général et la création d’un conseil municipal. Lors d’une visite de Mgr Antoine Racine au village, on décide de donner son nom au bureau de poste et en 1885, on décide de renommer la municipalité Racine.

Avant l’établissement de la paroisse Théophile, les colons étaient desservis par le curé de la paroisse de Valcourt, mais en 1905, après de nombreuses démarches, on parvint à faire instituer une nouvelle paroisse. On débute la construction de l’actuelle église en 1906, mais elle ne fut pas achevé avant 1907. C’est ainsi que les offices religieux furent célébrés pendant plus d’un an dans une remise-chapelle construite en quelques heures, dans laquelle on avait installé quelques 175 chaises et une dizaine de bancs. On devine que cela dut être assez inconfortable, surtout par les froides journées d’hiver ou les grandes chaleurs estivales. Malgré tout, le premier baptême et le premier mariage de la paroisse furent célébrés dans ce modeste temple catholique. 

En 1907 s’achève la construction de cette magnifique église en pierre dont la forme au sol est rectangulaire, alors que son chœur est en saillie et son abside en hémicycle. La voute est en arc en cintre et le clocher trône au sommet d’un toit à deux versants en pente. L’église dispose également de deux petits clochés sur les côtés. Sa façade est surmontée d’un oculus et dispose de trois grandes fenêtres. La nef intérieure est à trois vaisseaux et l’Église est dotée de tribunes arrières. Cette Église ayant une acoustique particulièrement exceptionnelle, une chorale surnommée La farandole de Racine y officie depuis de nombreuses années et y organise régulièrement des concerts de musique classique.

Sources :

Découvrez la région du Val-Saint-François à travers le Chemin des Cantons